Association Soraya.fr 
Mme Castillon ; orth
Publication
05/04/2006
ORTHOPHONIE ET TRISOMIE 21

L'orthophoniste a pour mission de prendre en charge les troubles du langage oral et écrit ainsi que les troubles de l'articulation et de la déglutition.

Il peut aussi intervenir dans l'éducation précoce d'enfants porteurs de troubles spécifiques : trisomie 21, surdité, i.m.c., autisme.

Dans le cadre de l'éducation précoce, son travail s'élabore autour du jeune enfant et de sa famille. Avec un bébé, la présence des parents est importante pour que la famille puisse mettre en place, dès les premiers mois, une meilleure interaction. Le soutien technique et relationnel des parents est, lui aussi, important.

Le langage pour tous les enfants est une construction complexe où de nombreux niveaux entrent en jeu : ce sont les expériences sensorielles, cognitives, praxiques, affectives qui permettent la mise en place du langage.

Chez l'enfant porteur de trisomie, de nombreux freins existent : leur réactivité est faible, on note des problèmes de poursuite visuelle auxquels se rajoutent parfois des déficits auditifs.

On relève aussi une importante hypotonie faciale, ainsi qu'un manque d'appétence pour le langage ; les interactions verbales (gazouillis, jeux avec les sons ) sont peu nombreux et souvent retardés.

Connaissant ces éléments on sait que le langage sera long à se mettre en place. C'est pour cette raison que l'éducation précoce, mise en place dès les premiers mois de la vie, permet d'exploiter, grâce à des stimulations adaptées, le potentiel de base de tout bébé porteur de trisomie 21 .

L'objectif sera de mettre en place la structure pré-conversationnelle du langage.

Avant la naissance du langage, la communication passe par le corps (mimiques, gestes, cris, intonation, mélodie, sons). Puis, grâce à la coordination de nombreux savoirs-faire, on parvient au niveau linguistique verbal du langage. Les sons, syllabes, mots, phrases ne peuvent s'ébaucher que grâce au développement sensoriel, moteur, conceptuel et affectif.

EN ORTHOPHONIE LE TRAVAIL DURANT LA PREMIERE ANNNEE SERA DONC TRES GLOBAL. Il suit les stades du développement du langage chez le jeune enfant. Il s'agira d'une stimulation poly-sensorielle pour provoquer chez l'enfant et le bébé ce qui ne se met pas en place spontanément. Au lieu d'attendre que le bébé explore tardivement son environnement, les thérapeutes et la famille lui proposent fréquemment et de manière répétitive des expériences sensorielles et motrices adaptées.

Travail de stimulation visuelle : amener le bébé à une meilleure poursuite oculaire : présenter des objets de formes, couleurs variées situés de près, de loin, en nommant l'objet.

Mettre en place la co-référence visuelle, c'est à dire, regarder ensemble la même chose pour la nommer. Parler face au bébé pour qu'il perçoive les mouvements articulatoires, que son regard soit posé sur l'interlocuteur afin de créer plus tard la réciprocité dans les tours de parole.

Travail de stimulation auditive : de la même manière, il faut créer un environnement sonore stimulant pour travailler la recherche de la source sonore, l'association d'un bruit à un objet.

Cette attitude d'écoute est indispensable à la mise en place du langage oral et de la parole.

Les jouets sonores, comptines, chansons, instruments de musiques sont très utiles.

Travail de stimulation tactile et motrice : les massages des lèvres, du visage, de la bouche sont importants en raison de l'hypotonie bucco-faciale. La langue sera sensibilisée au chaud, au froid, aux textures pour que les fonctions de la déglutition et de la parole soient facilitées par ce travail sensoriel.

APRES CE TRAVAIL AUPRES DU TRES JEUNE ENFANT, l'orthophoniste va longtemps accompagner l'enfant dans sa conquête du langage oral. Chaque enfant étant différent, il va avancer à son rythme propre vers la parole et le langage oral. A travers des activités ludiques mais structurantes, l'orthophoniste abordera :

Le travail de la prise de parole avec des jeux de réciprocité, d'imitation conjointe.

Du ressenti des sons, des mouvements articulatoires.

Du feed-back auditif (cassette-micro)

Au miroir (se voir émettre des sons : feed-back visuel)

Progression dans l?acquisition des phonèmes consonantiques et vocaliques

Enrichissement lexical (objet, objet+image, image)

Travail rythmique

Associer un nom à un verbe.

Travail du lexique (imagiers,jeux )

Formes géométriques.

Mot et son usage

Vocabulaire temporo-spatial

Images séquentielles et récits chronologiques.

ET LE LANGAGE ECRIT ?


L'enfant trisomique peut accéder à la lecture. Il faut pour cela que le langage écrit lui ait été présenté assez tôt pour qu'il comprenne les relations existant entre un son entendu à l'oral et une lettre écrite représentant ce son. Les méthodes phonétiques, plus communément appelées syllabiques sont celles qui sont les plus structurées pour permettre cet apprentissage. Des méthodes phonémico -gestuelles, ou des méthodes associant sons/couleurs ont fait leurs preuves. Parfois, l'apprentissage écrit du son facilite son acquisition à l'oral. Pour cette raison-là, il est intéressant d'essayer dès le plus jeune âge ces méthodes. Par contre il faut aussi respecter votre enfant et ne pas imposer une méthode qui ne fonctionne pas à un moment donné, ou parce qu'elle ne lui correspond pas. C'est au professionnel de vous guider, de savoir à quel moment on peut techniquement proposer tel support. Notre collaboration mutuelle est importante car le quotidien de votre enfant nous en apprend plus sur ce qu'il investit ou pas.

Maite Gimeno et Pedr
Publication
01/01/1970
Education précoce chez l'enfant trisomique

Compte rendu de la réunion du 14 janvier avec Maite Gimeno (enseignante et thérapeute) et Pedro Pereiro (psychologue et thérapeute)

Pedro Pereiro

Lorsqu'il existe une altération neurologique de naissance, la trisomie 21 ou une autre, la lésion initiale sur le cerveau a des conséquences sur son développement. Cette altération ralentit le développement neurologique de l'enfant.

Le développement normal du cerveau se produit grâce à la stimulation. Si cette stimulation ne se fait pas de la bonne manière le cerveau ne se développe pas et les compétences ne peuvent pas se réaliser. Au niveau neuronal les connexions nerveuses restent limitées, les ramifications neuronales ne se font pas. Les apprentissages ne se réalisent pas ou le font de façon très insuffisante.
Puisque c'est la stimulation qui développe le cerveau il faut que les différentes stimulations arrivent jusqu'au cerveau.

Ainsi, il faut comprendre les voies d'entrée des stimulation :

Les voies sensorielles (la vision, l'ouie, le toucher...) sont souvent immatures et pas seulement en périphérie. Les yeux ne sont que l'instrument de la vision, il faut que le cerveau aie